GUIDE D’IDENTIFICATION DU BOIS POUR VOS MEUBLES SUITE ET FIN

TROUVEZ LE X-FACTOR.


Parfois, après que toutes les caractéristiques normales d’un échantillon ont été prises en compte, l’identité du bois en question n’est toujours pas apparente. Dans ces cas – en particulier dans les situations où un échantillon a été réduit à quelques choix restants possibles – il est parfois utile d’apporter des tests spécialisés et d’autres moyens d’identification plus restreints.

Les techniques et recommandations suivantes n’ont pas nécessairement une large application dans le tri initial des essences de bois et l’élimination de grandes bandes d’essences de bois, mais elles ne seront probablement utiles qu’en tant qu’étape finale dans des circonstances d’identification particulières.

ODEUR


Croyez-le ou non, le bois fraîchement usiné peut avoir un parfum très identifiable. Lorsque vos yeux et vos mains ne parviennent pas à obtenir une réponse définitive, parfois votre nez le peut. En supposant qu’il n’y a pas de tache, de finition ou de conservateur sur ou dans le bois, poncez, sciez ou usinez rapidement une section du bois en question et respirez l’arôme.

Bien que les nouveaux parfums puissent être très difficiles à exprimer avec des mots, souvent l’odeur d’un bois inconnu peut être similaire à d’autres parfums connus. Par exemple, les bois de rose (Dalbergia spp.) Sont ainsi nommés pour leur odeur caractéristique qui rappelle celle des roses. Bien qu’il soit difficile de communiquer directement, avec suffisamment d’expérience de première main, les parfums peuvent devenir un moyen mémorable et puissant d’identification du bois.

FLUORESCENCE


Alors que certains bois peuvent sembler fondamentalement identiques les uns aux autres dans des conditions d’éclairage normales, lorsqu’ils sont exposés à certaines longueurs d’onde, telles que celles trouvées dans les lumières noires, le bois absorbe et émet de la lumière dans une longueur d’onde (visible) différente. Ce phénomène est appelé fluorescence, et certains bois se distinguent par la présence ou l’absence de leurs qualités fluorescentes.

TEST CHIMIQUE


Il n’y a qu’un petit nombre de tests chimiques régulièrement utilisés sur le bois, dont la plupart sont très spécialisés et ont été développés pour aider à distinguer les espèces facilement confondues les unes avec les autres. Ils fonctionnent en détectant les différences dans la composition des extraits de bois de cœur. Une substance chimique (appelée réactif) est généralement dissoute dans l’eau et appliquée sur la surface du bois: la surface est alors observée pour tout type de réaction chimique (et le changement de couleur qui l’accompagne) qui peut se produire. Deux des plus utiles sont les tests destinés à séparer le chêne rouge et blanc, et l’érable rouge et dur.

MÉTHODE D’ACCÉLÉRATION DES EXTRACTIFS DE CŒUR


Parfois, une essence de bois aura des extraits de bois de cœur qui seront facilement lixiviables dans l’eau et capables de teinter visiblement une solution d’eau d’une couleur spécifique. Par exemple, les extraits de bois de cœur contenus dans l’osage orange (Maclura pomifera) contiennent un colorant brun jaunâtre soluble dans l’eau. (Cela peut parfois être observé de manière anecdotique lorsque le bois est collé avec un adhésif à base d’eau: le retrait de la colle est d’un jaune inhabituellement vif.)

Dans un simple test de couleur d’extrait d’eau, des copeaux de bois de Commode vintage sont mélangés avec de l’eau dans un flacon, un tube à essai ou un autre récipient convenablement petit, et la couleur de l’eau est observée après quelques minutes. Si les extraits de bois de cœur sont lixiviables par l’eau, un changement de couleur correspondant devrait se produire rapidement.

REGARDEZ LE GRAIN FINAL.


Aucune autre technique d’identification précise du bois n’est peut-être aussi utile et concluante que l’examen agrandi du grain d’extrémité. Souvent, il fait passer le processus d’identification d’un processus essentiellement intuitif et non scientifique à une procédure prévisible, répétable et fiable.

Regarder le grain final avec une loupe ne devrait pas être un art mystifiant ou ésotérique. Dans de nombreux cas, c’est presque aussi simple que d’examiner du petit papier journal sous une loupe. Il y a trois composants nécessaires pour profiter pleinement des avantages contenus dans le grain final:

I. UNE SURFACE PRÉPARÉE.
Lorsque vous travaillez avec du bois dans la plupart des capacités, il devient rapidement évident que les surfaces de grain d’extrémité ne sont pas aussi coopératives ou aussi faciles à travailler que les surfaces de grain de face. Cependant, dans ce cas, il est absolument essentiel qu’une surface de grain d’extrémité claire et raffinée soit obtenue.

Pour un aperçu rapide d’un échantillon de bois tendre, un couteau très tranchant ou une lame de rasoir peut être utilisé pour prélever une tranche fraîche du grain d’extrémité. Cependant, dans de nombreuses essences plus denses, en particulier dans les bois durs tropicaux, l’un des meilleurs moyens d’obtenir une vue nette du grain en bout est un ponçage minutieux. Il est généralement préférable de commencer par une coupe de scie relativement lisse (comme à partir d’une lame de scie à onglet à dents fines) et de procéder à travers les grains, en commençant à environ 100, et en travaillant jusqu’à au moins 220 ou 320 grains, de préférence plus haut pour une vue plus nette. .

II. LE BON MAGNIFICATEUR.
Il n’est pas nécessaire que cela soit coûteux, mais quel que soit l’outil utilisé pour visualiser le grain final, il doit avoir un pouvoir grossissant adéquat. Dans la plupart des cas, un grossissement de 10x est idéal, cependant, tout ce qui se situe dans la plage de grossissement de 8 à 15x devrait convenir à la visualisation du grain d’extrémité.

III. Un œil formé.
Le troisième élément qui constitue un bon examen des grains terminaux est simplement de savoir ce qu’il faut rechercher. En analysant les motifs, les couleurs, les formes et l’espacement des différentes caractéristiques anatomiques, il existe une véritable réserve d’informations dans le grain d’extrémité – toutes en attente d’être déverrouillées. Pourtant, si ces éléments n’ont pas été signalés et appris, la gamme de fonctionnalités apparaîtra simplement comme un fouillis inintelligible.

La discipline de la reconnaissance des caractéristiques anatomiques du grain terminal ne se résume pas facilement à quelques phrases ou même à quelques paragraphes, mais elle est néanmoins essentielle au processus d’identification. À cette fin, un examen approfondi devrait être donné aux différentes catégories, divisions et éléments qui constituent l’identification du bois en bout au niveau macroscopique. (À cet égard, macroscopique désigne ce qui peut être vu avec une lentille à main 10x de faible puissance – sans l’aide d’un microscope – plutôt que simplement ce qui peut être vu à l’œil nu.)

Parce que l’anatomie entre les résineux et les feuillus est si divergente, chacun sera considéré et examiné séparément:


Si vous avez aimé cet article, cliquer ici pour d’autres


Leave a Comment

*

code